Je le trouve où mon camembert, dans ce pays ?

Une fois passé l’euphorie des premiers instants et une fois que revient l’envie des mets que l’on a l’habitude dans notre pays. Alors le cri primal revient :  Je le trouve où mon camembert dans ce pays ?

 Je le trouve où mon camembert dans ce pays

Et oui ! L’herbe est plus verte chez le voisin, mais au bout du compte on a envie de revenir aux sources. Pensez aux salons sur la nourriture comme Gourmet show à Mexico. Les grands groupes sont souvent présents sur les salons même en Colombie. J’ai emprunté l’image en dessous à des français qui font ses shows Les Compagnons Fromagers.

 Je le trouve où mon camembert dans ce pays

Je le trouve où mon camembert dans ce pays

Cela me fait penser à ma chérie qui photographiait tout et s’émerveillait pour tout ce qu’elle voyait en France. Maintenant, je suis obligé de lui faire remarquer un beau château ou une belle vue. Comme on dit une fois une fois que la période de lune de miel est passée, tout rentre dans le quotidien.

Que se passe-t-il après quelques temps : on trouve le pays moins joli, on trouve qu’il fait trop chaud, la circulation est anarchique mais les radars ne nous manquent pas. Et puis, on ne comprend pas tout ce qu’on nous dit.

Ce qui fait que par moment on se sent exclu, stupide et isolé. La nourriture est bonne mais elle est différente, il nous manque un bon gratin dauphinois, et le must un bon rôti tendre à souhait et saignant avec une bonne sauce au poivre. On ne comprend pas, comment ils élèvent leur enfants et tout ce qui concerne la culture en général.

Avion

 C’est la période d’adaptation à son nouvel environnement qui est parfois difficile à passer. Il faut apprendre à s’intégrer et trouver les nouvelles marques de son environnement. Il ne faut surtout pas se renfermer sur soi-même et essayer de voir des lieux intéressantes et élargir son territoire de vie.

 Profitez-en pour inviter et faire découvrir la cuisine de notre pays. Pour exemple j’ai réussi à cuisiner en Colombie, la langue de bœuf sauce gribiche. Il faut s’adapter à certains composants et puis les grands centres commerciaux existent en Colombie.

Il faut apprendre le nom des différents composants comme les herbes par exemple Mais tout le monde s’est régalé. Même si les mâles de l’assistance regardait avec moquerie un homme dans la cuisine Quel horreur ! Vous pourrez arriver à vous faire un bon gratin dauphinois, pour oublier les arepas ou le poisson frit du matin

 Profitez-en pour faire une cure de fruit et de légumes bizarres, essayez de les cuisiner à votre manière. Il faut faire attention car je n’ai pas vu de poivrière en Colombie. Ce n’est pas courant sur les tables de bases. Il existe l’Aji qui est une sauce pimentée que l’on sert avec tout. Vous trouverez aussi une sorte d’aïoli qui est servi dans certains établissements avec le poulet asado (grill) ou al horno (au four).

 Développer un réseau social d’amis et profitez-en pour donner des cours de français, de cuisine ou ce pour quoi vous êtes doué. Chercher à apprendre à jouer au Tejo, prenez des cours de Salsa. Par exemple car cela va vous servir pour toutes les fêtes qui ont lieu en Colombie. Et ne dite pas j’aime pas danser, et si on vous met en boite, dites que vous n’êtes pas tomber tout petit dedans. On entend partout

Où l’on va de la musique et cela varie un peu suivant les régions, vallenato, porro, san Juanera, cumbia et la salsa colombienne.

Un bon conseil soyez prudent avec une musique que vous aimez bien. Par exemple je dis à ma novia en 2008 que j’aimais bien la chanson Comandante Che Guevara Hasta Siempre de Nathalie Cardonne. C’est la chanson fétiche des FARC et cela risque de faire désordre. 

De même manière si vous dites, je connais bien Elvis Crespo,  Suavemente, il est de Puerto Rico et même chanteur de Merengué. Quel mauvais goût.

Donc laissez vous porter par la musique du moment et les goûts de votre chérie. La mienne n’aime pas le Vallenato qui est la musique de sa région. N’oubliez pas que le colombien sans être chauvin est fier de tout ce qui fait son pays. Évitez de parler politique surtout si vous n’y connaissez pas grand-chose. Car la Colombie est complexe.

Apprenez à découvrir les subtilités de la langue de la région car chacune à son particularisme et ses expressions. Faites vous expliquer car cela les fait rire. Amenez un paquet de bière ou une bouteille de ron ou de whisky si vous êtes invité.

Proposez à la maîtresse de maison d’amener un plat à la française, et surtout aller vers les gens qui sont communicatifs. Laissez les grincheux car vous avez eu votre dose en France ! Bref, découvrez votre nouveau pays et son peuple….

 Vous vous sentirez bientôt à l’aise dans votre nouvelle langue, même si vous avez un accent français, et vous serez soit le « franchute » ou le gringo de service. Votre nouvelle vie vous permettra de vous rappeler pourquoi vous êtes venu dans ce pays.

 Et vous allez vous féliciter en pensant par exemple au mois de Janvier pendant que vos amis seront au froid sous la neige. Et vous allez découvrir comment vivre en Colombie peut être tout à la fois excitante, exótico y enriquecedora.

  Pour l’écriture de cet article, je me suis inspiré d’un article excellent fait par Paul Delahoutre qui a écrit un livre sur la « Retraite sans Frontières » sur 23 destinations, mais cela n’inclut pas la Colombie à ce jour.

 

 

 

 

This entry was posted in expatriation en Colombie, Infos pratiques. News and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Je le trouve où mon camembert, dans ce pays ?

  1. Francois Kucheida says:

    L’adresse d’un bon resto tenu par un suisse, la Brasserie de Mr Simon, pas cher (si on considère à 25 000 pesos un bon hamburger frites au Corral, ce resto n’est clairement pas cher) et au menu délicieux: Cra 14 No. 97-09
    (http://www.tripadvisor.fr/Restaurant_Review-g294074-d4059793-Reviews-Brasserie_Mr_Simon-Bogota.html)
    (https://www.youtube.com/watch?v=Gcd-xpYjns4)
    Moi qui suis tant réticent à entrer dans un 3 étoiles en France, où l’assiette est minuscule et exorbitante… Ce resto m’a conquis!

    Et sinon euh… je suis désolé mais à ma connaissance le porro n’est pas une danse… c’est un spliff (ou joint, ou encore pétard si vous préfèrez!)

    • Hola,
      Merci pour la bonne adresse et je vais bientôt faire un répertoire des bonnes adresses avec un commentaire sur ces établissements car on cherche toujours une bonne adresse à l’étranger. Mais il faut aussi passer le frontière d’un restaurant colombien. Il y a de bonnes choses et il faut découvrir la bonne cuisine d’un pays. Il est dommage en Colombie alors qu’il y atant de fruits et de légumes que cela soit plus cher qu’un bon plat frit dans l’huile.
      Pour répondre à ta remarque car je en connaissais pas ce mot d’argot pour le porro : « Porro es un término del argot para un un cigarrillo enrollado con cannabis. Los papeles de fumar son el medio más común para enrollar en los países industrializados; sin embargo, el papel marrón, cigarrillos con el tabaco removido, bidis con el tabaco removido, papel de calco, recibos del cajero automático, las hojas del árbol de mango y el periódico se utilizan comúnmente en algunos países en vías de desarrollo, y por los fumadores más pobres en los países del primer mundo »

      j’ai la définition wikipedia de la danse qui se fait dans la zone des llanos et venezuela « El porro es un ritmo musical de la costa caribeña colombiana, tradicional de los departamentos de Córdoba, Bolívar, Atlántico y Sucre. »
      Hasta luego. Amigo.

  2. rémy says:

    Ce resto n’existe plus!

    • Caballero says:

      Merci je vais essayer de mette à jour mais si vous avez un restaurant à me conseiller. Je ne vis pas à Bogota.
      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *