Histoire d’un charcutier amoureux à Barranquilla

Je voudrai vous faire profiter de l’histoire de ce charcutier français hors du commun, qui a vécu une belle histoire d’amour pour Barranquilla et une sympathique colombienne.

Suite à une demande d’un étudiant français qui a pour projet de faire découvrir la nourriture française à Bogota, j’ai cherché des endroits qui pourraient répondre à mon sens épicurien de la nourriture. J’aime la cuisine de tous les pays, mais pour certaines choses j’aime bien me fournir dans une entreprise artisanale comme les fromages et les charcuteries. 

Roger Ways

Roger Ways

Cette entreprise familiale d’origine française et fondée en 1971 à Barranquilla. Son fondateur, Roger Ways, est né en France et son premier et plus important travail a été la Boucherie , où il a appris avec son père.

La guerre l’a surpris alors qu’il était encore adolescent vivant dans un petit quartier d’Amiens, dans le nord de la France, un endroit occupée par les nazis et où les jeunes apprennent la boucherie entre les bombardements et les pénuries de toutes sortes. Lorsque la guerre prit fin, et après son service militaire, il a décidé de mettre en pratique les connaissances acquises pendant la guerre. Après un déplacement à Paris où il a travaillé pendant des années dans une boucherie. Puis il s’installe à l’île de la Martinique dans les Caraïbes, où il a fondé sa première boucherie.

Roger Ways et un de ces enfants

Roger Ways et un de ces enfants

 Il est arrivé en Colombie à la fin des années 50, à travers les Caraïbes. Avec une lettre d’introduction pour une entreprise, tenue par un français, basée à Cali, il a pris la décision de se rendre dans cette ville, cela ne s’est jamais finalisé. Malgré cela, il a décidé de rester dans le pays, mais ne parlait pas espagnol.

Cependant, pour quelqu’un qui avait survécu aux expériences les plus difficiles, change le sens de la peur. Il est allé à Bogotá, où il a contacté la colonie française, et avant longtemps, il a travaillé comme pompier. Puis il a été contremaître dans une ferme d’élevage dans les plaines de l’Est, chef dans un hôtel de San Andrés et gestionnaire de Madurex, une usine de bois dans les forêts tropicales du Chocó. Et il revient à sa vocation, le thème de l’alimentation. Rappelez-vous que Monsieur Ways vivaient dans des cabanes (cambuches) au milieu de la jungle du Choco et pendant de longues heures devait chasser pour se nourrir. Ce souvenir lui rappelle des émotions. D’autant plus que ce travail lui a permis de connaitre sa compagne.

Mais comme toute bonne histoire, rien n’est facile et il faut prendre des décisions. Ou rester avec sa colombienne Elina Orozco, qui a été touché immédiatement par les flèches de l’amour, jusqu’à ce qu’il s’installe à Barranquilla, ou revenir en France avec le règlement en récupérant l’argent pour la fermeture de l’entreprise.

Pour exemple de ceux qui jouissent maintenant de leurs produits, il s’est lancé avec Elina, en 1971, pour ouvrir La Parisienne, première entreprise de saucisses et de charcuterie française à Barranquilla, dans une vieille maison du quartier d’El Prado. Ils ont investi tout ce qu’ils avaient et il a commencé le rêve.

la facade

la facade

Le boudin blanc (morcilla blanca), est traditionnellement une recette française, préparés sans riz et sans sang,  qui combine viande de porc, œufs, lait et épices, c’est l’un des produits traditionnel offert par La Parisienne.

Morcilla blanca

Morcilla blanca

 Et le 14 Décembre 2013, il a ouvert, une charcuterie artisanale et épicerie fine à Bogotá, qui vend des produits tels que les coupes de jambon de porc fumé, du saindoux (grasa de cerdo para cocinar) et différents types de pâté maison, entre autres.

Chuletas ahumadas La Parisienne

Chuletas ahumadas La Parisienne

 Tous les produits, à l’exception des huiles et des sels qui sont importés et commercialisés, sont fabriqués par la famille Ways à Barranquilla, avec des recettes qui ont jusqu’à 100 ans.

 La société emploie 170 personnes et Roger Ways avec plus de 80 ans continue à diriger la société, avec son épouse barranquillera et ses trois enfants, Thierry, Claudine et Valéry, qui, fidèles à leur héritage, sont les seuls qui connaissent beaucoup de recettes créés ou conservés par le père.  » Au cours des cinq dernières années, la croissance a été supérieure à 10 % , nous nous sommes aventuré dans de nouveaux produits », a déclaré Roger Ways .

Ils sont principalement reconnus pour les jambons artisanaux, pâtés et saucisses de type européen, produits d’une valeur entre 16 000 et 24 000 pesos la livre.

A Bogota, le produit le plus vendu et celui qui a reçu le meilleur accueil est le jambon artisanal doux, une combinaison du jambon style européen avec une préparation Caraïbes.

Pernil dulce La Parisienne

Pernil dulce La Parisienne

L’inspiration vient des plats de cette région du pays, qui mélange le sucré et le salé, comme le riz à la noix de coco, ce qui serait plus difficile à trouver dans la cuisine européenne traditionnelle. C’était un jambon au sel, mais avec un glaçage sucré.

Fuente : http://revistadiners.com.co/gastronomia/12284_una-parisienne-llega-a-la-capital/

This entry was posted in expatriation en Colombie, Relation sentimentale and tagged , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Histoire d’un charcutier amoureux à Barranquilla

  1. lebret thierry says:

    bonjour,

    je suis touché par cette belle histoire de compatriotes français, je suis installé depuis peu sur pereira avec l idée de creér une charcuterie française je suis normand comme cette famille et souhaiterai rentré en contact avec eu je laisse mes coordonnées

    • Caballero says:

      Hola,
      Vous pouvez le faire sans moi, car je n’ai malheureusement pas encore pu les rencontrer. Je suis encore en France car j’ai eu un souci de santé m’empéchant de prendre l’avion en Janvier 2016. J’espère pouvoir enfin réalisé ce projet dés que j’aurai le feu vert des médecins et que la période ne sera pas une période chère pour les vols.
      Vous trouverez les coordonnées de cette société qui se trouve à Barranquilla. Ils ont un point de vente sur Bogota.
      Bonne chance dans votre recherche de travail. Vous pouvez nous joindre sur facebook sur le groupe que j’ai créé
      https://www.facebook.com/groups/AmistadColombiano/. Nous sommes presque 1100 à ce jour.
      Hasta luego.

    • Bonjour Thierry moi je suis italien qui vit en france et je vais souvent a Pereira je serais ravi de te rencontrer quand je serai la bas si cela ne t’ennuie pas . J’espere que tu as cree ta charcuterie car vraiment c’est quelque chose qui me manque en colombie .
      Bien a toi Olivier.
      Mon tel francais 0033681935490

  2. lebret thierry says:

    merci pour votre réponse et vous souhaite prompt rétablissement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *